Écouter les autistes
Collectif de praticiens auprès d’autistes

Accueil > Revue de presse > 20 ans et autiste Asperger, Alan veut monter son entreprise

20 ans et autiste Asperger, Alan veut monter son entreprise

mercredi 12 novembre 2014, par le Collectif de praticiens auprès d’autistes

Version imprimable de cet article Version imprimable

À l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le vendredi 4 avril 2014, Alan avait témoigné dans Ouest-France. Autiste Asperger, la forme la plus légère de ce handicap, il terminait son récit en évoquant son avenir professionnel, conscient des obstacles auxquels il devrait faire face : « Je pourrai proposer de la qualité, mais pas du rendement. »

Sept mois plus tard, les choses ont sérieusement évolué, puisqu’il a finalement pour objectif de créer sa propre entreprise. Son nom est déjà trouvé : Fleurs et ânes de l’Argoat.

Des plantes carnivores

Pour son projet, il s’appuie sur une passion, vieille de 10 ans déjà, pour les plantes carnivores. Invité par un de ses anciens professeurs de Saint-Ilan à une journée portes ouvertes au lycée horticole, le 18 mai, il a bluffé tout son monde : « Il a assuré de A à Z, et même dans la vente de ses plantes ! » s’enthousiasme encore Anne, sa mère, consciente que cette journée a servi de déclic.

Même bonheur lorsqu’il a présenté le fruit de son travail à Lanrodec et à Saint-Fiacre, en août.

Un financement sans emprunt

Pour sa petite entreprise, Alan aura besoin d’un budget de plus de 16 000 €. « Mais question pression, on a déjà donné », fait remarquer Anne, en repensant à son parcours avec Alan, dont l’autisme a été diagnostiqué à 10 ans. « Alors pas question de faire un emprunt et d’être obligé de vendre tant de plantes par jour pour faire face aux échéances. »

D’où le recours à un site de financement participatif, sur le net : « Mon projet a été retenu et j’ai 50 jours pour trouver 10 000 € », précise Alan. Une aide complémentaire pourrait venir de la Fondation de la 2e chance : « On prépare notre demande avec l’appui de BGE 22. »

Sur un terrain d’au moins un demi-hectare, Alan pourra alors faire vivre son entreprise avec ses deux serres de 60 m2, son jardin de plantes carnivores et ses deux ânes : « Pour proposer des balades en famille dans les chemins du village. »

Pour en savoir plus et soutenir Alan, taper sur le Net : autiste et créateur d’entreprise.

Source : Ouest-France, Le Vieux Bourg, 2 novembre

Pour participer au projet de financement participatif : cliquez ici

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0